L'hypotension extraterrestre des ovnis (ETH) ne peut pas être là ce n'est pas le cas; ça pourrait bien être, mais ça ne l'est toujours pas; ne me dérange pas avec des faits, mon esprit est inventé; et dans tous les cas, tout est pseudoscience et je fais juste affaire avec la vraie science. Croyez-moi sur ceci – je suis un scientifique! Et nous savons tous que les scientifiques sont 100% rationnels et justes 100% du temps!

Beaucoup de scientifiques professionnels, et d'autres sceptiques, quand et s'ils pensent aux OVNIs du tout, ont été pré-conditionnés à penser à eux en termes de frange lunatique, dingues qui acceptent toute pseudoscience associée au paranormal et donc pas digne de leur attention, ou si digne, alors digne dans un sens négatif comme seulement quelque chose à ridiculiser. Ils aiment dans un sens verser de l'eau sur un homme qui se noie. et se féliciter de leur supériorité par rapport à l'astrologie; le grand ensemble non lavé qui croit que les dinosaures et les humains ont coexisté ensemble.

Tout d'abord, laissons les sceptiques, professionnels et autres, disposer de leur double standard pour traiter indifféremment tous les pseudosciences ou tous les sujets paranormaux. En fait, les sceptiques n'ont donc qu'une seule norme – aucune nuance de gris. Taille unique. C'est-à-dire, peu importe l'anomalie, ce sont des déchets. Les sceptiques confondent tout ce qui est paranormal, et l'appellent pseudoscience comme n'importe quel sceptique. le site Web ou la monographie démontrera plus que de façon adéquate – toute pseudoscience est un non-sens et tout = tous. Cependant, je suggère qu'au lieu de toutes les anomalies étant égales; certaines anomalies sont plus égales que d'autres. En bref, certaines anomalies sont vraiment des engrais bovins, mais sévèrement tous. Mordre l'astrologie et les OVNIS dans le même panier est un double standard, puisque les preuves théoriques et observationnelles pour chacun d'eux ne sont pas vraiment égales. De même, il existe des preuves plus théoriques et réelles de l'existence du Sasquatch (Bigfoot) que de la télépathie. Étant donné que les sceptiques ne peuvent pas distinguer les anomalies sérieuses des anomalies, je ne peux pas traiter les sceptiques sérieusement, car lorsque les crises surviennent, ils ne peuvent pas prendre la peine de faire les bonnes recherches et de faire des distinctions.

Les scientifiques, d'un autre côté, devraient tout prendre en fonction de leurs mérites individuels, et il est clair que, dans n'importe quel domaine scientifique, tous les sujets n'ont pas tous le même mérite. Dire que la vie existe sur Mars n'est pas du même ordre que de dire que la vie existe sur Vénus. Après cela, certains sujets ont des mérites égaux, mais cela n'empêche pas les scientifiques de prétendre qu'ils ne le font pas. Prenez SETI par exemple.

Les scientifiques de SETI (c'est-à-dire la recherche de l'intelligence extra-terrestre) ont tendance à ne pas trouver d'ovni ETH (hypothèse extraterrestre) ou de preuves convaincantes, en particulier de preuves physiques pour le hardcore. OVNIS, en plus de six décennies. C'est un sujet. Bien sûr, ils oublient commodément que SETI est entièrement basé sur la théorie et SETI n'a pas produit un pistolet fumant concluant à l'existence de l'ETI non plus, sur une période de recherche presque égale de cinq décennies. Mais c'est un autre sujet. Cependant, les deux sujets sont en fait égaux en ce sens qu'aucun n'a produit un fusil fumant qui a été tué. l'étranger et fourni un cadavre pour l'étude. En fait, la quantité de preuves SETI, y compris les preuves physiques, n'est qu'une histoire courte comparée au roman ovni complet.

Il y a une autre raison de plus près et personnelle que les scientifiques SETI déversent sur l'ETFO UFO et / ou les anciens astronautes. est parce qu'ils ont un intérêt direct dans SETI. Ils ont envoyé des soignants, construisant des équipements conçus pour rechercher des renseignements extraterrestres, se moquant souvent d'autres scientifiques (et du Congrès américain) dans leur chasse aux petits hommes verts. Ce serait un sérieux coup porté à leurs egos, à leurs carrières, à leur réputation et à un véritable embarras si ET se montrait ici tout le temps. Donc, c'est presque une réaction naturelle d'ordure n'importe quelle idée alternative. Nous l'avons vu un certain nombre de fois dans l'histoire de la science – évolution darwinienne vs évolution lamarckienne; la cosmologie du Big Bang contre la cosmologie de l'état stable; catastrophisme vs uniformitarisme en géologie. Les débats ont souvent été controversés, personnels et amers. Il est donc intéressant de noter que lorsque je communique certaines de mes idées non orthodoxes à un scientifique SETI bien connu, si je tombe sous sa peau, au pire, je ne reçois aucune réponse; au mieux, celui qui commence par "Cher M. Prytz". Maintenant, si je dis quelque chose qu'il considère comme raisonnable (selon ses critères), la réponse est "Cher John". C'est un peu un double standard en soi.

Maintenant, quand il s'agit de SETI vs l'ETF des OVNIS, cela ne veut pas dire que les scientifiques de SETI ne devraient pas continuer à faire SETI – ils devraient – rien d'aventuré, rien gagné. Mais cela ne leur apporte rien pour rejeter d'emblée l'idée rivale selon laquelle ET est ou était là-bas, tout va bien là-haut.

Tout à fait à part SETI, la majorité des scientifiques, en particulier les scientifiques physiques, caca habituellement l'UFO ETH avec une «preuve de plus». mantra. Mais ces scientifiques se laissent largement ouvrir au double standard. Beaucoup de scientifiques professeront une croyance ferme dans quelque chose qui n'a absolument aucune évidence. de toute sorte, oubliant commodément qu'ils ont détruit les croyances des autres pour avoir foi en six choses impossibles qui apparaissent sur leur table de salle à manger avant le petit déjeuner. Et ainsi nous voyons ici les débuts de doubles standards plus généraux.

Un excellent exemple de la façon dont certains scientifiques ont aussi leur manque de preuves et de croyances est en ce qui concerne la religion. Même en 2009, un sondage d'opinion publique a révélé qu'un pourcentage important (quoique minoritaire) de scientifiques croyaient en un Dieu proche et personnel dans leur vie. Il n'y a pas la moindre preuve, physique ou autre, que Dieu existe. Il n'y a absolument aucune évidence pour une quelconque divinité (monothéiste ou polythéiste), mais beaucoup de scientifiques n'ont aucun mal à accepter par la foi et à avoir une croyance en une divinité (ou des divinités) vue invisible par tout le monde. Personne n'a pu voir la divinité monothéiste et toutes les divinités polythéistes sont, selon les spécialistes, entièrement mythologiques. Allez comprendre. Cet essai pourrait tout aussi bien avoir été construit autour d'un thème de deux poids deux mesures par rapport à Dieu: Montrez-moi la preuve! & # 39; Il n'y en a tout simplement pas.

Cela me rappelle le double standard de Dieu de faire ce que je dis, pas comme je le fais. Il est juste comme Dieu (de l'Ancien Testament) de commander "Tu ne tueras pas" pendant qu'il s'en va et presque exterminer toute la population humaine et animale terrestre vis-à-vis du déluge universel. Partout, de retour au scientifique.

Il y a des cas valables dans la science même des scientifiques, non seulement parce qu'ils manquent de preuves de la réalité de X, mais aussi parce qu'ils croient à la réalité de X & # 39 ;. Maintenant, sans vouloir accuser les scientifiques d'hypocrisie pure, il y a beaucoup de concepts scientifiques actuels qui n'ont absolument aucune preuve en dehors du purement théorique pour les soutenir, mais qui sont pris très au sérieux par les physiciens. Une liste partielle comprendrait des concepts comme le Multivers (il y a plus d'un univers – le nôtre – dans le cosmos primordial); l'interprétation de la physique quantique par de nombreux mondes; la théorie des cordes de la physique des particules; le boson de Higgs; l'existence possible de dix ou onze dimensions; l'Ekpyrotic (théorie des deux cordes [mem] branes entrant en collision et expliquant l'origine de notre) théorie de l'Univers; et, horreur pour ceux qui s'intéressent à SETI, l'absence totale de tout sous-microscope, de preuves incontrôlables de toute forme de vie intelligente ailleurs que dans les formes de vie terrestres intelligentes (humains). Pourtant, il est acceptable pour les scientifiques de faire des recherches dans ces domaines sans être soumis à la remise en question de leur santé mentale. Je ne vois pas pourquoi l'ETF UFO est une exception à cela. Même oublier l'ETF OVNI – juste le phénomène d'OVNI tout arrêt est interdit. Quoi qu'il en soit, ça l'est.

Naturellement pour les scientifiques, il y a un très gros problème fondamental avec les ovnis. Ils ont tendance à être imprévisibles dans le temps et l'espace, et quand ils se présentent; ils ne vous arrêtent pas et vous accordent une entrevue et vous donnent le loisir de prendre votre étalon ou tout autre instrument scientifique que vous aimeriez nommer et mesurer.

Mais il y a d'autres histoires de cas provenant des annales de la science concernant la nature de la preuve & # 39; qui ont des parallèles avec les OVNIS – des phénomènes physiques imprévisibles dans le temps et dans l'espace, qui ne s'arrêtent pas; que vous ne pouvez pas pousser et pousser, et que vous ne pouvez pas mettre sous le microscope et, examinez à votre guise. Ces divers phénomènes; on se souvient bien de la foudre de balle; idem Phénomènes lunaires transitoires (TLP); et vous ne pouvez pas rembobiner l'horloge et vous préparer pour (instruments prêt) et assister à l'événement Tunguska unique ressemblent aux OVNIS en ce que les scientifiques n'ont pas les moyens de les verrouiller, les isoler, et étudier l'événement qui se déroule . Pourtant, c'est une règle pour un (éclairage de balle, TLP, Tunguska); une règle pour l'autre (OVNIS).

Il semble donc y avoir deux poids deux mesures pour une preuve acceptable ici. Les OVNIS n'ont apparemment aucune preuve vérifiable et un facteur de fou rire. l'éclairage de la balle et TLP ont des preuves invérifiables, mais aucun facteur de rire, mais tous ont des fondements théoriques qui rendent leur existence plausible. Dans le cas de l'ETF OVNI, c'est le paradoxe de Fermi – c'est là où ils sont, s'ils existent ils devraient être ici & # 39; observation.

Ultimement, la question ici se résume à trouver une réponse (un pistolet fumant) à la question que les humains ont posée et spéculé pendant des milliers d'années – sommes-nous seuls dans l'univers? Il ne devrait pas y avoir de doubles standards quand il s'agit de régler ce problème. Il y a absolument quatre choix: 1) Nous pouvons choisir de ne pas répondre à la question parce que le monde a des priorités plus grandes que de fournir l'existence de «petits hommes verts»; 2) nous pouvons, comme le fait SETI, chercher là-bas, ce qui est évidemment une chose très logique à faire même si c'est une aiguille proverbiale dans la botte de foin. chercher; 3) nous pouvons rechercher ici – anciens astronautes et OVNIS – ce qui est positif dans la mesure où cela limite la géographie de la meule de foin devant être examinée, mais la probabilité est moins probable statistiquement que l'aiguille soit là (un autre parallèle étant quelqu'un qui cherche une clé perdue sous le réverbère juste parce que la lumière y est meilleure); 4) ou nous pouvons faire les deux – chercher là-bas ET rechercher ici et ne pas mettre notre quête pour les petits hommes verts & # 39; dans un panier / ou. Malheureusement, c'est une position trop idéaliste pour avoir accepté le double standard historique déjà pris.

En conclusion, quand il s'agit de la communauté scientifique et de la preuve, il y a souvent un double standard employé. Il n'y a pas un seul élément de preuve physique pour la théorie des cordes, pourtant c'est un domaine reconnu de la recherche universitaire financée et cela depuis des décennies. Sur la question ovni, de nombreux scientifiques sont heureux d'accepter l'exactitude du témoignage oculaire quand il fournit des données qui transforment un événement OVNI en IFO, pour une raison étrange rejettent le témoignage oculaire quand il renforce le statut non identifié ou inconnu de l'événement OVNI. C'est un autre double standard. Allez comprendre!

Bien sûr, la conclusion ultime à tirer est que les scientifiques sont humains et ont leurs propres agendas, antécédents et personnalités qui peuvent colorer leurs systèmes de croyance. En dehors du toujours logique M. Spock, y a-t-il un humain, un passé ou un présent (et probablement un futur) qui n'a pas, à un moment ou à un autre, employé un double standard? Ce n'est pas que cela rende le double standard acceptable, mais l'idéalisme théorique et la réalité pratique sont deux choses très distinctes. À mon humble avis, le double standard échoue parce que malgré les sceptiques et les scientifiques qui se rassemblent contre l'ETF des OVNI, et parfois ils ont raison, les sceptiques et les scientifiques ne savent pas tout et fondent souvent leurs conclusions sur la foi ou la croyance. Eux aussi sont humains avec tous les bagages qui les impliquent et ils peuvent, et font, faire des erreurs, et tel est le cas je crois quand il s'agit d'étiqueter le pseudo-pro UFO ETH une pseudoscience. Il était une fois Galilée Galilée et Nicolaus Copernicus qui auraient été considérés comme des pseudo-astronomes; Heinrich Schliemann (de la renommée de Troy) quelqu'un qui a plongé dans la pseudo-archéologie; Charles Darwin était un pseudo-naturaliste; et Alfred Wegener, évidemment mis en avant une théorie (dérive des continents) qui pourrait seulement être décrite comme pseudo-géologie à l'époque. Même à l'origine, Albert Einstein était si loin dans le champ gauche que ses aînés scientifiques et ses supérieurs auraient facilement pu décrire sa physique comme une pseudo-physique. Seul le temps et l'histoire seront le juge si oui ou non l'ETF OVNI est ou était une pseudoscience ou une science réelle. Le jury IMHO est toujours sur cette question.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.