Ajout du 20 avril 2014:
Un contacte a été prit avec un spécialiste du phénomène de la foudre, Mr Raymond PICCOLI Directeur du Laboratoire de Recherche sur la Foudre, Unité de recherche Pégase, voici sa réponse de spécialiste sur ce Pan filmé sous un orage: « Bonjour,Le phénomène visible sur le film ne correspond à aucunes des manifestations de la foudre en boule (foudre en boule, foudre globulaire ou phénomène lumineux orageux transitoire PLOT).Des éclairs en chapelets peuvent former de telles structures, mais le fait que les sphères restent statiques exclu cette hypothèse.Par contre, l’éclair visible à 0’46 (environ) est un coup de foudre,or,le tonnerre entendu correspond à un intra-nuageux, ce qui ne colle pas.. De même, le tonnerre audible à 1’04 (environ) correspond à un coup de foudre frappant à moins de 400-450 mètres tout au plus, or, l’image ne présente pas de saturation ni de perturbation électromagnétique même minime… Il n’y a que les sphères qui reflètent un sursaut lumineux.La bande son n’est pas cohérente avec les images de l’orage. »
Mr R.P

-Il s’avère donc, que la bande sonore a été produite en post-production. La raison reste énigmatique (problème de prise de son,son parasite lors de la prise de vue etc). Ceci toute fois, ne remet pas en question l’apparente authenticité. de la séquence visuelle.

s.n.j
Après une analyse visuelle, il n’apparaît aucun signe de trucage vidéo.Aucune des frames du film montre un quelconque montage, trucage. De plus, ce document à deux aspects troublant:
Le premier, visible lors d’un visionnage au ralenti, est le plus évident: il montre clairement une forme bien définit entre les lumières.Ces lumières qui pourraient sembler être indépendantes sont en fait des sources lumineuses d’une structure.
le second aspect est plus subtil et tend à authentifier ce document vidéo: une finesse d’interaction entre l’objet filmé et les conditions climatiques.La variation des intensités des sources lumineuses, selon le flash de l’éclair, les bandes de saturation de la vidéo liée à la haute fréquence produite par un éclair.
-interaction du pan avec son environnement, augmentation/diminution de l’intensité des sources lumineuses selon le temps chronologique des éclairs,forme structurelle mise en évidence lors des flash, cohérence de la sous/surexposition dû aux éclairs sur le pan (sources lumineuses/masse de l’objet), bandes de saturation lors de la prise de vue des éclairs
-L’absence de trucage, d’aberration ou d’incohérence de la vidéo, lié à un ensemble de petits détails (interaction entre l’objet filmé & son environnement) tend à faire penser que ce document est authentique.

source

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.