Ces deux pilotes américains de la Seconde Guerre mondiale savaient peu, lorsqu'ils ont créé le disque en plastique qu'ils surnommaient «soucoupe volante» en 1948, que leur nouveau jouet serait devenu le centre d'un sport très populaire aujourd'hui. Et Alison Gresik ne le savait pas, quand son mari l'a entraînée dans le sport il y a six ans, quand son équipe avait besoin de plus de femmes, qu'elle en serait venue à adopter l'ultime Frisbee comme son «activité préférée de maintien en forme». D'autres joueurs plus expérimentés auraient pu l'avertir. Nick Roberts, directeur général de l'Ottawa-Carleton Ultimate Association (OCUA) était un passionné de sports quand il était plus jeune. Aujourd'hui, il qualifie l'ultime «meilleur sport d'équipe que j'ai jamais joué».

«C'est peu dispendieux, ce qui le rend attrayant pour moi, ce qui est inhabituel dans les sports d'équipe et très exigeant sur le plan physique.» Ottawa peut se targuer d'avoir le plus grand nombre de sports d'équipe. saison ultime Frisbee ligue dans le monde, selon le OCUA. Un sport d'équipe sans contact qui peut être joué toute l'année par n'importe qui de n'importe quel âge, il attire près de 5 000 Ottaviens à s'inscrire chaque été pour lancer des Frisbees dans les champs extérieurs de la ville et près d'un millier continuent de jouer trois saisons.

Certains lycéens du New Jersey ont développé le sport de l'ultimate en 1968, surnommé «l'expérience sportive ultime». La partie la plus importante de l'ultime est connue comme "l'esprit du jeu", un slogan qui décrit le respect entre les joueurs. Un jeu qui n'utilise pas d'arbitres, ultime repose sur la confiance et la résolution sans conflit.

Plus de 300 équipes d'étudiantes, de femmes et de jeunes (de 8 à 16 ans) forment la ligue d'été d'Ottawa, qui s'étend de mai à août, pour tous les niveaux, du débutant au compétitif. À l'automne, les joueurs peuvent se joindre à des équipes mixtes compétitives et récréatives de la mi-septembre jusqu'au début de novembre. Et en hiver, une ligue intérieure prend le relais jusqu'à la mi-mars.

L'OCU a ouvert le premier parc ultime exclusif du monde à Manotick en août 1999.

Le président de l'Association Marc Gobeil est un autre joueur qui admet avoir été "frappé" par le sport la première saison où il a commencé à jouer il y a des années.

"Toute la semaine j'attendais avec impatience mon prochain match, avec des papillons … mais ce n'était pas quelque chose, parce que c'était tellement amusant de courir comme un fou après un morceau de plastique flottant." Gresik, qui joue avec «The Hammers» dans la ligue d'été, après avoir maintenu ses compétences dans une ligue de développement récréatif entraîneur tout l'hiver, a également avoué qu'elle n'était pas une grande athlète quand elle a pris le sport.

"Notre coach nous fait de la stratégie et nous aide à améliorer notre lancer, notre coupe et notre défense, c'est un entraînement vicieux, mais ça m'inspire de continuer mes activités d'haltérophilie et d'aérobie, donc je ne crache pas sur le champ!"

Avec le temps, Gresik gagne en confiance, apprend où courir, comment chier ses adversaires et comment lancer habilement.

"Il n'y a rien de tel que le sprint sur la ligne et le fait d'attraper le disque dans la zone des buts pour un point!"

http://www.strive-magazine.com

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.