Les premiers constats américains de l’écrasement d’un engin ET remontent à 1941. L’engin s’est écrasé dans l’océan Pacifique près de San Diego et il fut récupéré par la Marine américaine. À l’intérieur gisaient les corps de Zétas réticuliens, alias les Gris. Les dépouilles et le vaisseau furent transportés à la Section de la technologie étrangère de la base aérienne Wright-Patterson, à Dayton, Ohio, et étudiées par le groupe de recherche Retfours (Retfours Special Studies Group).

Suite au démantèlement de l’appareil, des composantes furent expédiées aux installations S4 et Indian Springs au Nevada. L’engin s’était écrasé sous l’influence du nouveau radar à impulsions que l’on venait d’inventer. Au moment du drame, la Marine procédait à des essais sur l’île Tinian, située à 5 kilomètres au sud/sud-ouest de Saipan. La Marine américaine occupe depuis une position dirigeante en matière d’ovnis.

L’écrasement à Roswell en juillet 1947 est un fait et le récit dont fait état le Colonel Corso dans son livre The Day After Roswell est véridique. Le Dr Wolf avait en sa possession la liste officielle du gouvernement satellite américain de tous les écrasements/récupérations d’ovnis répertoriés, y compris d’autres incidents survenus entre 1941 et 1947, mais il n’était pas disposé à en livrer les détails.

Deux engins se sont écrasés à Roswell suite à une collision aérienne survenue au cours d’un orage électrique. L’un des engins contenait des « Gris », l’autre des « Oranges »; les deux espèces furent ainsi nommées en raison de la couleur de leur peau. Les extraterrestres de type « Orange » proviennent du système stellaire Andromède. Le documentaire de Santilli montrant une autopsie est authentique(4). Il s’agit d’une autopsie pratiquée sur le corps d’un ET orange. Le Dr Wolf en a vu d’autres. La confusion résulte d’une seconde autopsie exercée à l’époque sur un extraterrestre de type différent.

L’autopsie pratiquée sur la dépouille du ET orange a produit les constats suivants : une grosse tête; de grands yeux foncés dépourvus d’iris ou de blancs; six doigts, six orteils; un cerveau composé de quatre lobes, et plus développé mais non connecté au corpus callosum; des nerfs optiques et orbiculaires de type différent; un système digestif spongieux. Le docteur Wolf affirme avoir rencontré un Orange de son vivant.

Il existe différents types de « Gris ». Il a en côtoyé de très évolués qui contrairement à l’opinion courante, possédaient des personalités et même un sens d’humour. Le Dr Wolf n’a jamais rencontré de Gris qu’il n’aimait pas. À son avis, ils faisaient tous partie d’une grande famille et aimaient câliner les humains. Mais cette marque d’affection ne faisait pas l’unanimité chez ses pairs. L’un de ses collègues les appellait des baise-joux (kissey facey). Leurs corps sont doux au touché, telle la peau d’un dauphin. Il communiquait avec eux par télépathie et s’était tout particulièrement lié d’amitié avec une entité nommée Kolta. La photo de ce Gris apparaît sur la couverture de son livre. Elle fut prise par un ami occupant les fonctions d’amiral dans la Marine.

Les Gris et les Oranges pratiquent un commerce d’échange très actif. Selon Michael Wolf, ce genre d’échange revêt un tout autre caractère aux yeux des extraterrestres. Ils partagent leur savoir, leurs technologies et leurs philosophies. Un programme d’échange permet à leurs populations de voyager d’une planète à une autre pour apprendre leurs cultures respectives.

Il a conversé avec des humanoïdes du système Altair (Sémites) et celui des Pléiades (Nordiques). Le docteur Wolf a expliqué que ces êtres étaient très évolués au niveau spirituel et qu’ils agissaient surtout comme conseillers galactiques. Une photo d’un ami pléiadien nommé Sa Ra agrémente la couverture verso de son livre.

Le premier jour de mai 1975, une « légère mésentente » est survenue entre quelques Gris et quelques humains aux installations S4. Au cours d’une démonstration d’un petit réacteur à antimatière, le dirigeant du groupe des Gris a demandé aux gardiens, en l’occurrence des bérets bleus, de retirer leurs fusils et leurs cartouches de la salle. C’était une mesure préventive pour empêcher aux armes de décharger accidentellement pendant les émissions d’énergies. Les gardiens ont refusé de coopérer, et dans l’incertitude du moment, un béret bleu ouvra le feu en tuant un Gris. Deux scientifiques et 41 militaires furent exterminés. Un gardien seulement fut gardé vivant pour témoigner du drame, alléguant que les Gris avaient agi par autodéfense en utilisant une forme d’énergie mentale dirigée.

Un certain nombre de scientifiques présentement au service du gouvernement satellite furent enlevés par des Gris dans leur enfance afin de développer leur facultés intellectuelles en préparation de leurs professions ultérieures. Ce sont des hybrides.

source

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.