Matthew Arnold est vraiment un grand combattant pour la culture réelle dominante dans la société de Londres. Il trouve le royaume du matérialisme qui essaie d'étrangler la vraie culture. Ainsi, dans ce chapitre, Arnold divise la société de l'Angleterre en trois classes – la classe aristocratique, la classe moyenne et la classe ouvrière. Il trouve l'anarchie très commune dans ces classes et les analyse avec leurs vertus et leurs défauts. Il désigne la classe aristocratique de son temps comme les Barbains, la classe moyenne comme les Philistins et la classe ouvrière comme la populace.

Son examen des trois classes de son temps lui prouve qu'il est un bon critique expérimenté. Pour la classe aristocratique, il considère que cette classe manque de courage pour résister. Il appelle cette classe les Barbares parce qu'ils croient en leur individualisme personnel, en la liberté et en faisant comme on aime; ils avaient une grande passion pour les sports de campagne. Leur exercice viril, leur force et leur beauté se trouvent définitivement dans la classe aristocratique de son temps. Leur politesse ressemble aux barbares chevaleresques, et leurs styles extérieurs dans les mœurs, les accomplissements et les pouvoirs sont hérités des Barbares.

L'autre classe est la classe moyenne ou les Philistins, connus par sa sagesse mondaine, experts de l'industrie et occupés à industrialisation et commerce. Leur inclination éternelle est au progrès et à la prospérité du pays en construisant des villes, des chemins de fer et en dirigeant les grandes roues de l'industrie. Ils ont produit la plus grande marine mercantile. Donc, ils sont les constructeurs Empire. Dans ce progrès matériel, la classe ouvrière est avec eux. Toutes les clés du progrès sont entre leurs mains.

L'autre classe est la classe ouvrière ou la populace. Cette classe est connue brute et à moitié développée en raison de la pauvreté et d'autres maladies connexes. Cette classe est principalement exploitée par les Barbares et les Philistins. L'auteur trouve l'éveil démocratique dans cette classe parce qu'il prend conscience de sa conscience politique et sort de sa cachette pour affirmer le privilège d'un homme anglais de faire ce qu'il veut, de rencontrer où il veut, de crier ce qu'il aime et de casser il aime.

En dépit de ce système de classe, Arnold trouve une base commune de la nature humaine dans tous. Ainsi, l'esprit de douceur et de lumière peut être fondé. Même Arnold se dit philistin et s'élève au-dessus de son niveau de naissance et de statut social dans sa poursuite de la perfection, de la douceur, de la lumière et de la culture. Il dit en outre que les trois classes trouvent le bonheur dans ce qu'elles aiment. Par exemple, les Barbares aiment l'honneur et la considération, les sports de champ et le plaisir. Les Philistins aiment le fanatisme, les affaires et l'argent, le confort et le thé, mais la classe Populace, détestée par les deux classes, aime crier, bousculer et brasser la bière. Ils gardent tous des activités différentes selon leur statut social. Cependant, il y a quelques âmes dans ces classes qui espèrent la culture avec le désir de connaître leur meilleur ou de voir les choses telles qu'elles sont. Ils ont le désir de poursuivre la raison et de faire prévaloir la volonté de Dieu.

Pour la poursuite de la perfection, elle ne repose pas seulement sur le génie ou les personnes talentueuses, mais aussi sur toutes les classes. En fait, l'amour ou la poursuite de la perfection est dans l'approche du peuple. Il appelle l'homme de la culture la véritable infirmière de la poursuite de l'amour, de la douceur et de la lumière. Il trouve de telles personnes dans les trois classes qui ont un esprit humain général pour la poursuite de la perfection. Il dit que la bonne source d'autorité est le meilleur soi ou la bonne raison d'être atteint par la culture.

Le meilleur soi ou la juste raison et le soi ordinaire:

Ici, il discute du meilleur soi ou de la bonne raison et le soi ordinaire qui peut être ressenti dans la poursuite de la perfection seulement. À cet égard, il parle du bathos, entouré par la nature elle-même dans l'âme de l'homme, est présenté dans le jugement littéraire de certains critiques de la littérature et dans certaines organisations religieuses de l'Amérique. Il dit en outre que l'idée du meilleur soi est très difficile pour la poursuite de la perfection dans la littérature, la religion et même dans la politique. Le système politique, répandu à son époque, était des Barbares. Les dirigeants et les hommes d'État ont chanté les louanges des Barbares pour avoir gagné la faveur des Aristocrates. Tennyson célèbre dans ses poèmes la gloire des grands Anglais géniaux aux larges épaules avec son sens du devoir et son respect pour les lois. Arnold affirme que Tennyson chante les louanges des philistins parce que cette classe moyenne est l'épine dorsale du pays en cours. Les politiciens chantent les louanges de la populace pour avoir apporté leurs faveurs. En effet, ils jouent avec leurs sentiments, ayant montré les plus brillants pouvoirs de sympathie et la plus grande puissance d'action. Toutes ces louanges sont de simples clap-pièges et des trucs pour obtenir des applaudissements. C'est le goût de bathos entouré de la nature même dans l'âme de l'homme et qui vient en soi ordinaire. Le soi ordinaire oblige les lecteurs à égarer la nation. Il est plus admirable, mais ses avantages sont entretenus par les représentants et les hommes dirigeants.

Arnold incline à la bonne raison en tant qu'autorité suprême qui a l'appel du meilleur soi. Toutes les classes doivent le suivre, sinon l'anarchie prévaudra, et ils feront ce qu'ils aiment faire. Dans l'éducation, il veut s'imposer le mieux parce qu'il était en danger. Il est d'avis que lorsque le goût particulier d'un homme pour le bathos tyrannise celui de l'autre homme, en conséquence, la bonne raison ou le meilleur de soi ne doit pas régner dans l'éducation. Il insiste sur la bonne raison qui est l'autorité en matière d'éducation. L'état de l'éducation se manifeste par le manque de flexibilité intellectuelle chez les éducateurs qui négligent le meilleur ou la bonne raison et essaient de faire appel au goût génial des bathos; et l'arrachant à son opération naturelle et à son infinie variété d'expériences.

Arnold veut apporter la réforme dans l'éducation en déplaçant la gestion des écoles publiques de leur ancien conseil d'administration à l'état. Comme la politique, dans l'éducation, le danger réside dans une action individuelle incontrôlée et non guidée. Toutes les actions doivent être vérifiées par la vraie raison ou le meilleur soi de l'individu. Certains pensent que l'État ne peut pas s'ingérer dans les affaires de l'éducation. Les hommes du parti libéral croient en la liberté, la liberté individuelle de faire comme on veut et d'affirmer que l'ingérence de l'État dans l'éducation est une violation de la liberté individuelle. Arnold dit qu'une telle liberté personnelle idéale a encore une distance indéfinie.

La mission de la culture d'Arnold est que chaque individu doit agir pour lui-même et doit être parfait lui-même. Les personnes ou les classes choisies doivent se consacrer à la poursuite de la perfection, et il semble être d'accord avec Humboldth, le philosophe allemand, dans le cas de la poursuite de la perfection. La culture les rendra parfaits sur leurs propres bases. Il est donc essentiel que l'homme essaie de rechercher la perfection humaine en instituant son meilleur soi ou la raison réelle; la culture, à la fin, trouverait sa raison publique.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.