Comment le droit international traiterait-il le cas hypothétique d'une mission de navette spatiale nationale rencontrant une race extraterrestre? Pour commencer, je devrais probablement utiliser le mot «extraterrestre» plutôt que «extraterrestre», car l'alien est déjà un terme juridique bien établi. Donc, ce n'est pas la loi des étrangers dans le territoire d'un Etat, mais plutôt la loi de contact avec des entités intelligentes non-humaines qui ne sont pas originaires de la terre.

Et si le premier contact se produisait demain? Comment les humains réagiraient-ils et comment la loi s'appliquerait-elle? En supposant que les extraterrestres ne nous ont pas immédiatement détruit, c'est-à-dire. Je pense qu'il est prudent de dire que chaque État voudrait avoir son mot à dire sur la façon dont les choses se déroulent avec les extraterrestres, et que les États auraient leurs propres opinions et conflits concernant la rencontre. Ce qui veut dire, inévitablement, qu'ils prendraient toutes les mesures qu'ils jugeraient appropriées et qu'ensuite ils chercheraient à justifier ces actions sur la base d'interprétations tordues du droit international. L'ONU voudrait aussi se donner un rôle central dans la mêlée, et parce qu'elle possède les mécanismes institutionnels que les États ont tendance à suivre lorsqu'elle cherche à prendre des mesures multilatérales, l'ONU pourrait raisonnablement devenir le principal véhicule par lequel les discussions multilatérales et des actions auraient lieu.

Le droit international serait donc le langage naturel que les États utiliseraient pour encadrer ces discussions. Dans cette première partie, je vais examiner comment le droit international, dans sa forme actuelle, régirait une rencontre dans l'espace entre extraterrestres et un organisme national ou international. Les articles suivants examineront les rencontres spatiales entre extraterrestres et parties privées, et les rencontres avec des extraterrestres sur Terre.

Le droit de l'espace, bien que relativement nouveau et en développement, est un ensemble de lois régissant les activités humaines au-delà de l'atmosphère. Bien que le droit spatial actuel ne comporte aucune disposition régissant directement les contacts étrangers potentiels, les lois contenues dans les divers traités spatiaux se réfèrent par leur langage à une telle rencontre.

Le document le plus pertinent est le Traité sur l'espace extra-atmosphérique de 1967 («OST»). D'autres accords internationaux sur l'espace sont moins importants, car ils concernent soit des situations qui seraient inévitablement de la seule préoccupation humaine, soit sont signés uniquement par des nations qui ne possèdent pas la capacité d'entrer dans l'espace et sont donc sans pertinence. En outre, l'OST est semblable à être appliqué chaque fois qu'un état rencontre des extraterrestres dans l'espace, comme en vertu de l'article XVI, le retrait du traité ne sera pas efficace pour un an. Donc, en supposant que nous n'obtenons pas d'avertissement avancé que nos voisins extraterrestres passent, toute nation spatiale qui a un contact avec un étranger n'aura pas eu le temps d'en sortir. De plus, à l'heure actuelle, l'OST pourrait bien incarner le droit international coutumier, et donc être contraignant pour toutes les nations, indépendamment de leur statut de ratification.

Certaines dispositions juridiques fondamentales conférées par l'OST sont que les activités spatiales liées par les parties à l'OST sont régies par le droit international (Article III), et que rien au-delà de l'atmosphère terrestre n'est soumis à la «juridiction nationale par revendication de souveraineté. " (Article II). Donc, au départ, nous savons que le droit international est en fait le corps législatif régissant les relations entre l'État étranger et l'État, et qu'il est interdit aux États d'asservir immédiatement les races extraterrestres qu'ils rencontrent.

Établissons un scénario hypothétique: le Canada a mis en place une station spatiale habitée en orbite autour de la Lune. Les extraterrestres sont arrivés, et pour des raisons indépendantes de la volonté humaine, ont choisi de faire le premier contact avec le navire canadien. Les ambassadeurs étrangers embarquent ensuite à bord du navire canadien pour entamer des négociations avec les diplomates canadiens qui ont été envoyés pour les rejoindre.

Dans un premier temps, le Canada serait tenu d'informer le reste du monde du contact avec les étrangers et serait en violation de ses obligations conventionnelles s'il tentait de garder le contact secret. En vertu de l'article XI de l'OST, le Canada a l'obligation "d'informer le Secrétaire général des Nations Unies ainsi que le public et la communauté scientifique internationale, dans toute la mesure du possible, de la nature, de la conduite, des lieux et des résultats de [outer space] activités. "Par conséquent, non seulement toutes les autres nations doivent-elles être informées des étrangers, mais aucun arrangement secret de type Men In Black ne peut légalement avoir lieu non plus; la découverte d'une intelligence extraterrestre doit être communiquée au monde. Même si tous les États voulaient en faire un secret gouvernemental, la communauté scientifique a également le droit d'être informée.

Deuxièmement, le Canada serait tenu de permettre aux autres pays d'avoir accès au navire spatial canadien à bord duquel se trouvent les étrangers – même si le Canada peut s'en tirer sans accorder cet accès immédiatement. Selon le droit international, si les étrangers choisissent de monter à bord de la station spatiale d'une seule nation ou d'une station détenue collectivement par un sous-ensemble de nations, la ou les nations propriétaires ne seront pas autorisées à exclure d'autres pays des négociations interstellaires. En effet, l'article XII dispose que "toutes les stations, installations, équipements et véhicules spatiaux sur la Lune et les autres corps célestes sont ouverts aux représentants des autres Etats parties au Traité sur la base de la réciprocité". Toutefois, tout pays souhaitant se rendre dans un pays «doit donner un préavis raisonnable d'une visite prévue, afin que des consultations appropriées puissent avoir lieu et qu'une priorité maximale puisse être assurée pour assurer la sécurité et éviter toute interférence avec les opérations normales dans l'installation à visiter. "Cette langue donne beaucoup de place pour le calage – des consultations, plus" maximum de précautions, & # 39; plus & # 39; éviter les interférences avec les opérations & # 39; signifie que le Canada pourrait facilement retarder de telles visites pendant une longue période. Mais, jamais, d'autres pays doivent être autorisés à visiter avec les étrangers.

Et si d'autres nations craignent que le Canada fasse un travail horrible dans les négociations avec les extraterrestres, et s'inquiètent du fait que le fait que le Canada s'en mêle pousse les aliens à déclarer un djihad spatial sur Terre? En vertu de l'article IX,

État partie au Traité qui a des raisons de croire qu'une activité ou expérience planifiée par un autre État partie dans l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et d'autres corps célestes, causerait une perturbation l'exploration et l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la lune et d'autres corps célestes, peuvent demander une consultation concernant l'activité ou l'expérience.

Essentiellement, si, par exemple, la Barbade craint que les relations du Canada avec des extraterrestres puissent causer des «interférences potentiellement nuisibles avec des activités d'exploration et d'utilisation pacifiques de l'espace» (risque de guerre intergalactique avec une race) des étrangers super-avancés seraient probablement admissibles), la Barbade peut prendre la mesure proactive de … demander une consultation.

Bien sûr, si cela ne fonctionnait pas, la Barbade pourrait toujours porter plainte contre le Canada devant la CIJ, arguant que le Canada violait son obligation de "mener toutes ses activités dans l'espace, y compris la lune et autres corps célestes, avec compte tenu des intérêts correspondants de tous les autres Etats parties au Traité. "

Mais cela prendrait au moins quelques années, et à ce moment-là, nous serions probablement tous des esclaves de l'Overlord extraterrestre. Ainsi, en vertu de l'article XIII, toute "question pratique se posant à propos de l'exploration de l'espace extra-atmosphérique" doit être déterminée par les membres de l'OST entre eux ou avec l'organisation internationale appropriée. Pour répondre à une question juridique pratique comme «Le Canada doit-il laisser les autres nations parler aux étrangers?», Nous pourrions consulter le COPUOS. Le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique a été créé par la résolution 1472 (XIV) de l'Assemblée générale et confère au COPUOS l'autorité «d'étudier la nature des problèmes juridiques pouvant découler de l'exploration de l'espace extra-atmosphérique [.]». va être notre nouveau cabinet d'avocats pour tous les différends juridiques concernant les étrangers.

Supposons maintenant que les extraterrestres sont bien intentionnés, mais maladroits, et alors que toutes les dettes sur le droit international sont en cours, les extraterrestres explosent accidentellement la station spatiale canadienne. Quels recours le Canada a-t-il?

Si le vaisseau spatial d'un étranger en visite a accidentellement blessé un vaisseau terrestre ou d'autres biens appartenant à la terre, le propriétaire blessé peut intenter une action contre l'étranger au moyen d'une Commission de revendication sur terre. Le Canada devrait envisager d'utiliser ce remède. En supposant que la blessure a eu lieu dans notre système solaire, je crois qu'un argument solide aurait pu faire que les dommages devraient être régis par la loi de la terre, car les délits sont généralement régis par la loi du lieu où ils ont eu lieu. Sous lex loci delicti pour une blessure dans l'espace, la loi applicable serait la Convention sur la responsabilité pour les dommages causés par des objets spatiaux. Le mandat de la Convention sur la responsabilité,

"En cas de dommage causé ailleurs qu'à la surface de la Terre à un objet spatial d'un État de lancement ou à des personnes ou biens à bord d'un tel objet spatial par un objet spatial d'un autre État, ce dernier n'est responsable que si le dommage est dû à sa faute ou à la faute de personnes dont il est responsable. »

Donc, en supposant que ce soient les étrangers et non les Canadiens qui ont fait preuve de négligence, d'une réclamation. Bien qu'un étranger ne soit probablement pas membre du traité, si la Convention sur la responsabilité représente un exemple du droit international coutumier, on peut faire valoir que, en tant que CIL, elle s'applique à un État même en l'absence de son consentement. De même que CIL est applicable aux nations nouvellement formées dont l'existence postérieure à l'établissement d'une norme CIL, si un empire étranger devait entrer dans la jurisprudence de la Terre, il serait aussi lié par CIL, malgré le fait qu'il ne l'a jamais signé. Par conséquent, l'étranger devrait indemniser le Canada pour la perte de sa station spatiale. (Si j'étais du genre à faire de mauvaises blagues, je ferais maintenant référence à la possibilité que la Convention sur la responsabilité soit la nouvelle loi sur la responsabilité délictuelle étrangère.)

Enfin, il est peut-être prématuré de soyez préoccupé par le fait que le Canada tente faussement de revendiquer un rôle de porte-parole de la Terre. Vraisemblablement, toute civilisation extraterrestre capable de voyager entre les étoiles aurait un système juridique sophistiqué, et se rendrait donc compte que le Canada n'est pas le canal terrestre approprié à travers lequel la diplomatie planétaire devrait se dérouler. Dans ce cas, nos visiteurs étrangers peuvent considérer toutes les nations. astronautes pas un seul gouvernement d'état, pour être les envoyés appropriés pour la Terre. En vertu de l'article IV de l'OST, les nations de la Terre ont déclaré que les astronautes étaient les «envoyés de l'humanité» – ce qui signifie théoriquement qu'ils ont le droit d'être à la table des négociations avec des dignitaires extraterrestres. Ainsi, les astronautes, les cosmonautes et les taïkonautes pourraient être des diplomates de la Terre à des fins de droit interstellaire ou intergalactique.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.