Lorsque nous utilisons le mot «citoyens», nous faisons habituellement référence à un groupe de personnes qui vivent dans la même ville, avec une origine, une langue, des coutumes et des lois communes. Selon Platon, la ville idéale ne devrait pas avoir plus de 5000 habitants, de sorte qu'ils se connaissent tous. Mais au 5ème siècle à Athènes, les choses étaient quelque peu différentes, avec environ 40 000 citoyens, 20 000 métis (résidents étrangers) et environ 100 000 esclaves. À ceux-ci nous devons également ajouter les femmes et les enfants, qui n'ont jamais été inclus dans le nombre d'habitants.

Les habitants masculins d'Athènes ont été divisés en trois groupes: les citoyens, les métois et les esclaves. Les citoyens athéniens n'étaient que des hommes de 18 ans et plus dont les ancêtres avaient été athéniens depuis trois générations. Ces gens chanceux jouissaient de tous les droits des hommes libres et pouvaient être élus à tous les postes de l'État. Le villageois qui arrivait à l'aube d'Acharnes pour participer au tirage quotidien de la participation à certains services avait la même possibilité d'être élu fils de l'ancien aristocrate. Cette capacité à se préoccuper des affaires publiques a naturellement présupposé l'existence du temps libre. Les citoyens athéniens préféraient ne pas travailler, mais ils essayaient plutôt d'être des hommes indépendants, d'autres s'occupaient de la culture de leurs terres et de l'administration de leurs biens. Le travail manuel, même la création artistique, était considéré par beaucoup comme dégradant. Malgré cela, Socrate a fait un discours exhortant les pauvres à travailler, même si lui-même a fait exactement le contraire. Le besoin de main-d'œuvre était souvent couvert par les thètes qui étaient les plus pauvres des citoyens et gagnaient leur vie en tant que travailleurs ou en tant que journaliers ruraux. De cette manière, les Athéniens les plus riches étaient absolument libres de s'occuper des affaires publiques, principalement de la politique. Mais les pauvres citoyens étaient obligés de présenter une certaine présence minimum à l'Assemblée, et pour cette raison l'état a eu la prévoyance de fournir de l'argent pour ceux qui représentaient leur tribu aux sessions et aux procès, au moins pour compenser leurs gains perdus. 19659002] Tous les habitants ont payé les mêmes taxes. En outre, les riches ont entrepris des parrainages acquérant ainsi à la fois la satisfaction morale de leur contribution et le prestige social. Ils servaient dans l'armée en fonction de leurs revenus: chevaliers avec leur propre cheval et une escorte convenable, ou dans la marine comme capitaines de trirenes, dont ils avaient eux-mêmes pris soin. Les pauvres mais fiers thètes préféraient souvent la dure vie du rameur, uniquement pour montrer leur identité en tant que citoyens libres et égaux, même si les revenus étaient maigres. Riches, pauvres ou démunis, les citoyens athéniens étaient tous extrêmement fiers de leur origine, si fiers qu'ils n'appelaient jamais leur ville «Athènes» mais la «cité des Athéniens». Participer à l'administration de la Polis était une évidence pour le citoyen qui votait, jugeait et, comme toutes les personnes ayant beaucoup de temps libre, prenait soin d'être informé de ce qui se passait dans la ville. Ce dévouement des Athéniens à la vie publique les a fait obéir aux lois et s'inquiéter de toute violation possible de la loi qui les amènerait à être dégradés par la perte des droits de leurs citoyens.

On pourrait dire que les biographes des citoyens athéniens étaient Aristophane, Platon, Xénophon et Plutarque, chacun d'un point de vue différent. Une grande partie de ce que nous savons sur les classes laborieuses est tirée des références acerbes des comédies d'Aristophane, dont la langue acérée ne cache rien. Il se moquait peut-être du rustre du village, qui se rendait à l'Agora en buvant de l'ail pour entendre un philosophe parler sans s'en rendre compte, mais il nous renseignait aussi sur les chances de chacun d'acquérir des connaissances. Du gentil villageois Strepsiades in Clouds, nous entendons des plaintes au sujet de sa femme, une femme de la capitale, qui lui fait laver et enlever ses vêtements confortables mais sales, et nous nous rendons compte qu'un mariage inadéquat a toujours été un désastre. Xénophon, aussi, était un homme pratique de la ville qui se battait loin de sa patrie, se familiarisait avec les peuples d'autres pays et développait le goût d'une ville ouverte à toutes sortes d'influences positives, même étrangères. Cette largeur d'esprit a peut-être été le destin naturel d'un homme dynamique qui a entrepris de conduire ses camarades de la lointaine Mésopotamie, à travers les hauts plateaux de l'Arménie, jusqu'aux rives de la mer Noire, et enfin à la maison. Plutarque, lui aussi, né à Chaeronia au Ier siècle après J.-C., nous a laissé des informations inestimables sur la vie publique et surtout sur certains Athéniens célèbres qu'il a inclus dans ses Vies.

Platon, l'une des figures les plus significatives de l'histoire de philosophie, est né d'un père issu de la famille Kodros, et d'une mère de celle de Solon. Il écrivait habituellement sous la forme d'un dialogue dans lequel il n'apparaissait pas lui-même, même s'il mettait son point de vue dans la bouche de Socrate, son professeur. Platon a animé son environnement social dans lequel les hommes raffinés se rendaient à des symposiums et échangeaient des points de vue sur la philosophie ou la musique. Par exemple, chez les riches Kallias, les intellectuels spéculaient sur la possibilité d'enseigner la vertu; ils passaient leurs soirées avec la musique d'une lyre accompagnant leur conversation ou peut-être avec la chanson occasionnelle. Bien que tous aient une formation musicale, personne n'accepterait de jouer de la flûte, car pour ce faire, il fallait défigurer son visage en gonflant ses joues pour faire du bruit. Lors du souper le plus célèbre de l'histoire, les participants ont choisi l'éros (l'amour) comme sujet de la soirée. C'était le Symposium où des citoyens athéniens aisés représentés par des aristocrates, des hommes de savoir, des poètes, des politiciens et des philosophes se sont réunis dans une discussion animée. Avec Socrate, l'invité, ils accueillent aussi un pauvre homme aux pieds nus, assez chanceux pour être l'élève et le disciple de Socrate. Chacun a parlé sur le sujet choisi, exprimant ses points de vue d'une manière spirituelle et plaisante. À un moment donné, le bel Alcibiade apparu, ivre hurlant, appuyé sur une courtisane et guirland avec des pensées attiques. Même si beaucoup de vin était consommé, la discussion continuait sans dépasser les limites de la bienséance, tandis que d'autres groupes de fêtards allaient et venaient constamment.

Ils étaient tous d'accord qu'eros a le plus grand pouvoir puisqu'il s'éveille en capacités humaines se distinguer et que c'est aussi un facteur qui décourage les comportements inconvenants, comme on a peur de perdre la face aux yeux de l'être aimé. Tout le monde a distingué l'attraction physique transitoire d'Aphrodite de la beauté non corrompue d'Urania qui rapproche les âmes, approche la perfection. Ils diraient en plaisantant qu'eros a toujours l'air jeune parce qu'en partant, il évite de vieillir; et peut-être est-il toujours immortel parce qu'il vit, est perdu et renaît à nouveau. Ils ont conclu que ce qui est important dans l'amour c'est la qualité, quel que soit le sexe auquel on s'adresse, parce que eros est le but et non l'objet du désir. Tels étaient les environs de la jeunesse dorée d'Athènes qui, écoutant de si nobles discussions, tomberaient amoureux à volonté, admiraient avec une égale ardeur la beauté physique et la vigueur intellectuelle des sages, et, au besoin, allaient au combat où ils remportaient des prix. pour la valeur. Les citoyens athéniens étaient des gens qui pouvaient vivre dans un monde démocratique avec la subtilité d'un aristocrate; ils obligeaient Platon à dire combien était louable l'homme qui distinguait les trois degrés de la personnalité humaine: liberté de parole, courage et désirs de base. Le citoyen idéal ne permet jamais aux deux premiers d'être subjugués par le dernier.

Le grand nombre de metoici était un phénomène purement athénien, car Sparte xénophobe gardait à distance ceux qui n'étaient pas de sa région. Athènes, au contraire, était ouverte aux Grecs des autres villes et même aux étrangers qui voulaient vivre et travailler en Attique. Le métoici avait toutes les obligations du citoyen athénien mais jouissait de très peu de ses droits. Ils vivaient éparpillés dans les townships, payaient des impôts et ne servaient dans l'armée que comme hoplites (footsoldiers). Ils pouvaient acquérir des biens et des esclaves, mais n'étaient pas autorisés à posséder des terres. Ils pouvaient adorer tous les dieux qu'ils avaient choisis, mais n'avaient pas le droit de voter et ne pouvaient pas être élus à un poste important, seulement aux plus bas, par ex. comme des hérauts ou des entrepreneurs pour les travaux publics. La plupart d'entre eux étaient des artisans, des marchands et un bon nombre agissaient comme banquiers.

Puisqu'ils constituaient la classe productive, beaucoup d'entre eux sont devenus riches et se sont distingués par des commandites, en effet certains ont été légalement acceptés dans la classe des citoyens. Au contraire, si un métis a tenté d'usurper les droits du citoyen libre illégalement, alors il a été rétrogradé à un esclave. Dans les procès, metoici devait toujours avoir le soutien d'un citoyen athénien comme garant et il est caractéristique que si un métoicos tuait un citoyen, il était condamné à mort, tandis que s'il tuait un autre metoicos, la punition était seulement l'exil. Les enfants des mariages entre citoyens et métoici n'étaient pas considérés comme Athéniens à moins qu'ils ne soient généralement estimés par la richesse ou par des actes spéciaux. Beaucoup d'artistes et de philosophes célèbres dans l'Athènes antique étaient métissés et il semble qu'ils aient accepté leur traitement en tant que citoyens de seconde classe sans protestation. Généralement, les citoyens athéniens traitaient les métoici avec la politesse d'un hôte envers un hôte de bienvenue, jusqu'au point où les intérêts particuliers étaient affectés, et surtout la tradition héritée de l'État.

Les femmes, chez les deux citoyens d'Athènes et metoici, n'avait absolument aucun droit d'avoir une opinion ou de participer aux affaires publiques. L'imagination athénienne justifiait de priver les femmes de leurs droits puisque la déesse Athéna avait remporté le concours pour la nomination de la ville par une seule voix féminine. C'est alors que le matriarcat fut presque mis de côté en faveur des protecteurs des guerriers, qui ne tolérèrent jamais les initiatives féminines, ce qui explique pourquoi les femmes furent punies en étant exclues de toute décision future importante. Cela s'est passé à l'époque de Kekrops qui a établi le mariage comme une consolation, en faisant le principal objectif de la vie des femmes athéniennes. Et bien sûr, le mariage signifiait avoir des enfants, ce qui explique pourquoi de la naissance à la mort, la femme athénienne est restée confinée à l'intérieur de la maison. Les filles étaient mariées très jeunes à un mari choisi par leurs pères, à qui elles devaient une obéissance absolue. Ils devaient être parfaitement familiarisés avec l'entretien ménager, exiger le respect des esclaves domestiques et être imprégnés d'un esprit d'économie. Si un esclave instruit vivait dans la maison, il y avait une possibilité que les filles apprenaient à lire et à écrire; mais plus fréquemment on leur enseignait seulement la musique et la danse.

Si une fille était le seul héritier de la fortune patriarcale, elle serait donnée en mariage au parent le plus proche du côté de son père, même avec un frère du même père, mais jamais un par la même mère, parce que la véritable ligne de sang était considérée comme n'étant que du côté de la mère. En cas de demande de divorce, la femme intéressée devait se présenter à l'Archon, une procédure quasi-entendue. Mais même si certaines femmes désespérées osaient, les possibilités d'être entendues étaient minimes. Il y a l'exemple d'Hipparète, épouse de l'incorrigible Alcibiade, qui, à un moment donné, ne pouvait plus supporter les incongruités de son mariage. La dame courageuse porta sa demande à l'Archonte, mais Alcibiade fut averti par ses amis et, au lieu d'être divorcé, l'attrapa et la fit enfermer dans la section des femmes de la maison, sans que personne ne s'y oppose.

d'informations sur les femmes athéniennes de Xénophon qui a écrit sur un certain Isomachos, âgé d'environ 30 ans, qui a épousé une fille ignorante de 15 ans et lui a annoncé ses devoirs: cuisiner, tisser, surveiller les esclaves, éviter le gaspillage et surtout être obéissant à son mari. Plutarque parlait aussi de la dignité des femmes athéniennes et de la modestie de leurs vêtements, par opposition aux jeunes sportives spartiates auxquelles il se référait avec mépris parce qu'elles portaient des tuniques courtes qui montraient leurs cuisses. Mais c'est Aristophane qui fustigeait les femmes dynamiques qui osaient protester; son Lysistrata a démontré l'opinion des Athéniens antiques sur où le pouvoir des femmes ment. Dans les Ecclesiazouses, il note sarcastiquement que tout s'est toujours déroulé à huis clos, sans troubler le calme de l'ignorance et de la coutume.

L'indication la plus succincte du statut des femmes dans la société athénienne est peut-être celle d'un orateur Les femmes se répartissent en trois catégories: les courtisanes pour le plaisir de l'esprit, les concubines pour le plaisir et les épouses pour l'acquisition d'enfants légitimes. Il semble que les choses étaient si difficiles pour les épouses que Solon a institué une loi exigeant que les hommes athéniens qui possédaient des biens de leurs épouses leur rendent visite dans leur cabinet au moins trois fois par mois afin de produire un héritier pour la famille. prénom. Dans le Symposium, Socrate a noté que les hommes ont le moins de conversations avec leurs épouses et a mentionné le nom d'un certain Nikiratos qui était lié à sa femme par un véritable amour mutuel, ce qui est très rare. Platon, aussi, a suggéré que le mariage basé sur l'amour serait meilleur; mais c'était pour la «République» utopique idéale et non pour l'Asty de la réalité.

Les instruments de plaisir, les hetaeres (courtisanes), étaient de deux types: les communs qui ont été appelés marcheurs et les spéciaux, qui vécu sur le soutien de leurs riches clients. Sélectionnés dès l'enfance pour leur beauté physique, ils ont été spécialement formés pour être agréables. Ils étaient les seules femmes qui pouvaient circuler librement et ainsi beaucoup de courtisanes ont eu l'occasion de recevoir une éducation en écoutant les différents philosophes. Dans toutes les scènes de symposium, on peut voir de jeunes hetaeres. Les orchistrides dansaient et les avitrures jouaient de la flûte et discutaient avec les fêtards insouciants qu'ils recevaient, dont les maisons étaient surveillées avec le zèle de Cerbère par la digne dame de la maison, qui portait toujours un bouquet de clefs à sa taille. Les maisons des célèbres hetaeres étaient ouvertes aux philosophes et aux artistes, qui se rencontraient dans une atmosphère hautement intellectuelle; beaucoup de ces femmes utilisaient leurs charmes à des fins diplomatiques ou d'espionnage: des situations aussi vieilles que la société. Une célèbre hetaera fut la belle Aspasie savante de Milet, qui influença tellement Périclès et provoqua l'envie des Athéniens

Les représentations sur la céramique nous montrent des scènes d'un phénomène très controversé, la pédérastie, qui était un exutoire pour les instincts de une société où les femmes étaient confinées dans leurs appartements et n'avaient ni intérêts ni éducation. Une autre raison était que les guerres constantes gardaient la population masculine loin de chez elle. La montée de la pédérastie coïncide avec le culte du corps masculin nu que nous admirons chez les jeunes kouroi. Mais aussi, dans une société où le père, quand il n'était pas en guerre, était occupé par les affaires publiques, il était naturel pour un garçon de demander conseil à un ami plus âgé du même sexe, créant une relation entre une personne expérimentée et quelqu'un. qu'il transmet sur sa connaissance. Il est à noter que les amants étaient toujours très masculins et ne semblaient jamais être féminins ou vêtus de vêtements féminins. Plutarque a déclaré que lorsque la barbe du jeune homme a commencé à grandir, c'était la fin de la relation, qui était socialement acceptable.

On a noté plus tôt que Platon dans son Symposium a présenté une analyse unique du concept d'éros, le début et à la fin de laquelle était l'unanimité intellectuelle. Il est possible que lors de ce fameux souper, Alcibiade ait créé une scène jalouse sur Socrate, mais lui-même, que Platon appelait «l'image d'eros», est mort dans les bras d'une célèbre courtisane, Timandra, mère de Corinthe. Laida. Parmi les dix personnes présentes au symposium, deux seulement étaient des homosexuels conscients: l'hôte Agathon et son compagnon Pausanias. Quant à Socrate, il y était présenté comme le modèle de l'abstinence, même s'il avait trop bu, et même s'il était provoqué sans vergogne, car dans toute relation, ce qui importait, c'était l'esprit et non les instincts. Il semble que la pédérastie se transforme rarement en homosexualité. Ce compagnonnage masculin était généralement limité à l'adolescence. En outre, le phénomène a été restreint après le 4ème siècle, lorsque les diverses présentations sur la poterie montrent la grande majorité des couples hétérosexuels. Mais laissons la vie privée des Athéniens et parlons d'une autre présence sociale dans les Polis, celle des esclaves.

Afin d'étendre leurs affaires, les métèques ont acheté de plus en plus d'esclaves. Ainsi se créa un troisième groupe d'habitants d'Athènes: des gens qui avaient peu d'espoir d'améliorer leur sort, celui de leurs enfants ou des enfants de leurs enfants. En Attique, l'esclavage avait commencé à l'époque mythique des Pélasges. Les travailleurs de la construction amenés d'ailleurs pour construire les premiers murs athéniens ont agacé les femmes et les enfants de la population locale au puits d'où ils ont tous puisé l'eau, et pour cette raison, les Athéniens en colère les ont pris et ont commencé à les utiliser comme domestiques . Selon Platon, les vrais esclaves devaient être des étrangers, principalement des prisonniers de guerre; il a recommandé que ses concitoyens évitent d'acheter des Grecs asservis d'autres régions. Le commerce des esclaves a prospéré dans la Grèce antique et nous nous demandons comment un homme sage comme Aristote peut se référer à ces créatures infortunées comme étant des animaux sauvages

Le plus grand marché d'esclaves en Attique était à Sounion, évidemment pour les besoins des mines de Lavrion. . Les esclaves qui ont été achetés et sont devenus metallevomenoi (mineurs) étaient les plus malchanceux parce que peu d'entre eux vivaient très longtemps, à cause du dur labeur et des conditions épouvantables. À ce jour, le mot grec ekmetallefsi signifie exploitation. Les esclaves de la famille avaient un destin bien meilleur, même si elles étaient considérées comme un type de propriété.

Quand quelqu'un achetait un esclave et le ramenait à la maison, la maîtresse de maison le faisait asseoir au foyer familial et aux autres membres. de la famille l'aspergea de noix, lui donnant un nom. À partir de ce moment, l'esclave était un membre inséparable de la famille et devait participer à des rituels sacrés. S'il avait des enfants, ils appartenaient à la famille et quand il mourut, ils l'enterraient dans la fosse familiale. Il n'avait aucun droit, hormis la possibilité de faire appel à l'autel de l'Agora, et de demander un sanctuaire si sa vie était insupportable. Mais il devait prouver son cas.

Aucun citoyen ou métis d'Athènes ne se considérait digne de respect sans quelques esclaves. On croit que chaque maison avait en moyenne une dizaine d'esclaves, qui s'occupaient des tâches ménagères et accompagnaient aussi leurs maîtres dans leurs apparitions publiques. En temps de guerre, les esclaves suivaient à pied, portant les armes de leur maître ou tenant des frondes. Dans le cas où un esclave était éduqué, il servait de professeur aux jeunes de la famille, leur transmettait ses connaissances et les accompagnait dans les écoles supérieures et les gymnases. L'information nous a appris que beaucoup d'esclaves ont été libérés, en les promouvant au groupe des hommes libres, mais les liens avec la famille sont toujours restés très forts.

En regardant les différents habitants d'Athènes, nous sommes souvent surpris par leur mode de vie et par leurs valeurs souvent incompréhensibles pour les personnes vivant aujourd'hui. Mais nous avons une énorme obligation envers chacun d'entre eux pour leur contribution à l'héritage qu'ils ont laissé derrière eux: aux riches pour l'esprit, aux travailleurs pour l'art, aux femmes pour entretenir la famille, aux esclaves pour l'infinie liberté et heures créatives appréciées par leurs maîtres. Pragmatiques et poètes, marchands et philosophes, guerriers et artisans de la paix, les anciens Athéniens cultivaient avec leur esprit une pensée claire qui, avec l'audace de l'inspiration et la liberté d'expression, en faisait l'épitomé de leur âge et les fondateurs de la civilisation occidentale

.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.